Galerie Detaille

5 - 7 rue Marius Jauffret - 13008 Marseille
Pablo Guidali, <em>Solo</em>

Pablo Guidali, Solo

Exposition du 14.10.2015 au 13.12.2015

CAMERA

Camera est une revue de référence sur la photographie, lancée en 1922. Dès les premiers numéros, elle a mis en lumière le travail de ceux qui, au fil des décennies, ont été reconnus comme des maîtres de la photographie. L’enjeu de la revue s’affirme clairement : appréhender le rôle de l’image photographique dans notre société et mettre l’accent sur sa place dans le domaine de l’art. Camera éclaire la diversité de l’histoire de la photographie et contribue à faire découvrir les travaux marquants des artistes contemporains, ainsi que les métiers de ceux qui œuvrent au cœur du monde de l’image – historiens, galeristes, éditeurs, collectionneurs…

La revue Camera explore l’extraordinaire recherche des techniques dans la création photographique et organise avec la galerie une exposition collective autour de quatre artistes présentés dans le numéro 11/12 : Martin Becka, Philippine Schaefer, Jim Skull et Frédéric Vidal.



Martin Becka. Territoires

La série Territoires est issue de prises de vue sur négatif papier ciré. Les positifs aux sels de palladium sont tirés par contact. « En captant l’atmosphère singulière de chacun des lieux photographiés, l’artiste relègue ce que l’on pourrait qualifier de prise de vue documentaire ou didactique au profit d’une approche contemporaine du paysage. »
(Extrait du texte de Bernard Perrine)

Martin Becka né en 1956 en Tchécoslovaquie. Il poursuit un travail de recherche sur les techniques préindustrielles. Il vit et travaille à Paris depuis 1968.



Philippine Schaefer. Empreintes animales

Œuvre constituée de neuf séquences indissociables. Philippine Schaefer « laisse l’empreinte de son anatomie spectrale se déposer sur une surface photosensible. (…) On se laisse happer par la calcination de la matière où se trace la danse du corps de l’artiste et de l’animal. Elle met en scène les cris de son corps, libérant les fauves qui le peuplent. Réinventé, le photogramme exacerbe les mutations intérieures, les alliances avec le non-humain, explore les tribus animales, les grands morts, les âmes noires (…) »
(Extraits du texte de Véronique Bergen)

Née en 1970 en Allemagne, elle a étudié à l’ENSBA, Paris, avec Christian Boltanski, Marina Abramovic, Mona Hatoum... Elle vit et travaille à Paris depuis 1991.



Jim Skull. Photos-graphie

C’est au stylo bille (dessin) que Jim Skull réinterprète des photographies et installations « que tout spectateur, initié ou profane, photophile ou simple citoyen, conserve plus ou moins consciemment dans sa mémoire rétinienne. » On y reconnaît l’œuvre de Nobuyoshi Araki, Larry Clark, Salvador Dali, Robert Doisneau, Man Ray, Sarah Moon, Andy Warhol et bien d’autres artistes.
(Extraits du texte d’Emmanuel Pierrat)

Jim Skull, né en 1959, a passé son enfance en Nouvelle-Calédonie. À l’âge de 16 ans il entre à l’École Estienne, puis aux Arts Appliqués Olivier de Serres. Il vit et travaille à Paris.



Frédéric Vidal. Photogrammes 1999-2009

« Frédéric Vidal crée, au rythme du geste, des œuvres uniques faites de densités, de traces et d’opalescences. Passé maître dans la solarisation, il agit – sans retour possible – dans l’instantané du papier révélateur à partir de montages de trames, de caches et de projections de rayons lumineux. »
(Extraits du texte de Valentine Plisnier)

Ma vie et mes recherches créatives se sont portées par héritage vers les peuplades primitives de l’Afrique équatoriale, monde peuplé d’idoles s’installant magiquement dans des rites souterrains et obscurs. (....)
(Propos de l’artiste, interviewé par Valentine Plisnier)

Frédéric Vidal est né en 1956 à Paris. Après un long voyage en Afrique, Malaisie, Indonésie et Australie, il se consacre à l’étude des objets cultuels d’Afrique noire. Ses Photogrammes en portent la marque.