Galerie Detaille

5 - 7 rue Marius Jauffret - 13008 Marseille
EXPLORATIONS

EXPLORATIONS

Exposition du 09.09.2011 au 08.10.2011
Voici une sélection de travaux réalisés pendant les trois années de formation dispensées par l'ENSP d'Arles : un aperçu des domaines d'exploration de 7 jeunes photographes en cours d'études ou récemment diplômés.

Depuis l'ouverture de sa Galerie à l'automne 2010, Hélène Detaille affirme l'ambition de présenter au public de Marseille et de sa région les œuvres de photographes reconnus (comme ce fut le cas avec Sabine Weiss qui inaugura le cycle d'expositions de la galerie), mais aussi les travaux de photographes plus jeunes, engagés sur d'autres voies, tant dans l'expression d'une esthétique contemporaine que dans l'utilisation de techniques anciennes de prise de vue ou de tirage.


Julie Aybes

Après un master en Arts plastiques à l'Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, Julie Aybes a poursuivi sa formation à l'Université Laval au Québec où elle a obtenu un master d'arts visuels. Elle a intégré l'ENSP d'Arles en 2010.

Cette exposition présente 8 paysages oniriques de la série Soupçons. Tirages Noir/Blanc au format 19,5 x 19,5 cm et 59 x 59cm. Impression jet d'encre piezographie au charbon sur papier mat, contrecollage sur dibond La jeune photographe commente ainsi son travail photographique :
"Effacer un peu plus les repères, en cet endroit incertain, pour qu'il ne reste qu'un seuil. Laisser la place pour que quelqu'un approche, puisse approcher. Oser murmurer. Porter ce regard-là. Fragile."


Pauline Ballet

Titulaire d'une licence ès-Lettres (Paris 7), Pauline Ballet suit la formation de l'ENSP depuis 2009.

Elle a été lauréate en 2010 du concours Olympus avec la série en couleur intitulée Il est 5 pm dont trois photographies sont exposées ici. Un format 50x70 et deux formats 50x50. "Ces photographies prises dans le métro et le RER parisiens pendant des heures de pointe appréhendent ce réseau comme un lieu de passage où les individualités se croisent sans jamais se rencontrer. Elles soutiennent ce paradoxe dans le glissement entre le net et le flou, le flux et la pause. (...) Les images présentées donnent l'opportunité de reconsidérer autrui dans ce milieu, proposent une rencontre, aussi furtive qu'elle puisse être, et imaginent l'ébauche d'un contexte plus humanisé."

La série Tangence est évoquée avec une photographie Noir/Blanc au format 50x70. Révélation d'un paysage au crépuscule par la lumière filtrant des rubans de nuages qui flottent au-dessus des sillons inondés d'un champ.


Marie Brosillon-Schneider

Diplômée de l'Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux en 2008 (Expression plastique), Marie B. Schneider intègre ensuite l'ENSP. En 2011, elle réside à l'Aalto University Scool of Art and Design (Taik) à Helsinki, Finlande.

3 photographies de la série Chaosmos, tirages couleur contrecollés sur alu, format 60x40. Chaosmos est un mot inventé par James Joyce dans Finnegans'Wake. Il nomme à la fois le chaos et le monde ordonné (cosmos, en grec).
"Je marche à travers les paysages urbains sans savoir où je vais, sans intention photographique. A la recherche d'un état bien particulier, passant par des phases bien précises ; à un certain moment de la promenade, je ne distingue plus que des formes, les inscriptions n'ont plus de sens. Dans cet examen angoissant du chaos, mon action consiste alors à reconstruire, à ordonner les formes de façon simple et géométrique."


Delphine Jourdan

Après une licence d'Arts plastiques à l'Université de Provence (Aix) et une année d'études au département Photographie de l'Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, Delphine Jourdan a suivi la formation de l'ENSP.

Dans la série en couleur Présences singulières, 3 sont sélectionnées ici (format 76x86).
"Ce travail présente des objets récoltés dans différents intérieurs, et arrachés au réel. Ils sont au centre des images et la lumière les fait apparaître comme sujet principal. Ils sont la présence singulière du lieu et paradoxalement ils mettent en avant une absence qu'ils incarnent. Ces représentations convoquent un souvenir. On ne sait pas quel souvenir est présent dans cet objet, ni pour qui ? On ne sait pas quand, ni comment ce souvenir a eu lieu ? C'est dans ce mystère que prend tout l'intérêt de cette 'présence singulière'."
A la rencontre de l'adolescence : portraits couleur au format 33x49, contrecollage sur alu.


Cindy Lelu

Diplômée de l'Université de Lille 3 (master d'Arts plastiques), Cindy Lelu vient de terminer le cursus de l'ENSP d'Arles.

3 photographies en couleur au format 50x70, extraites de la série Lotissements 2. Commentaires de l'artiste : "La poétique du chantier rejoint la poétique de la ruine et délivre un imaginaire universel qui, conformément à sa logique, condense un certain nombre de références : images désertiques de villages fantômes, esthétique des décors cinématographiques aux allures de western ou bien encore parc d'attractions.
Blocs enfantins aux allures de Lego, ces lotissements se donnent l'air d'une cité idéale vidée de toute humanité. L'homme viendra-t-il habiter ou s'en est-il allé ?
"


Xiao Yu Liu

Cette jeune Chinoise a d'abord entrepris des études d'Economie et de Management à l'Université de Pékin. Puis elle a obtenu un master de Communication à l'Université Sun Yet-Sen de Guangzhou. Elle est entrée à l'ENSP en 2008.

Elle présente ici une partie de la série Les Tibétains (Noir/Blanc) et deux portraits couleur de la série Les minorités mongoles. Format : 50 x 70.
"(elle rassemble) dans un format panoramique un nombre incalculable de signes et d'index, organisés çà et là dans les regards ou dans les lieux, dans les corps ou dans les paysages, dans les pratiques rituelles et dans les postures ancestrales, dans les sourires, très loin d'une modernité que tente d'imposer une architecture assez sinistre et déshumanisée, symbole d'une Chine qui se détourne de son passé. (...) Ce que nous disent les photographies de Xiao Yu sur les minorités qu'elle se charge de documenter depuis 2003, c'est cette résistance qu'ont certains peuples à rester dissemblants, défiant l'autorité de la ressemblance."
(Extrait d'un texte de Patrick Ruet, pour l'Atelier du Midi, avril 2010)


Laura Moulié

Titulaire du Diplôme national d'Arts plastiques obtenu à l'Ecole supérieure de l'Image d'Angoulême, Laura Moulié est également diplômée de l'ENSP.
3 photographies couleur - des portraits de groupes - sont extraites de la série Scènes. Tirages contrecollés au format 70 x 110.

"Le statisme des personnages me sert à renforcer l'effet d'arrêt sur image indissociable de la photographie ; elle permet de créer un monde intemporel où le flux du temps qui passe est arrêté.
à travers cette série, je veux parler des états de présence et d'absence que génère la vie humaine dans les décors de notre société actuelle.
Ce travail de mise en scène et de portraits met en relation des tensions silencieuses et une organisation de l'espace comme étant les éléments principaux de mes photographies.
".